top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurCamille

Les perturbateurs endocriniens dans nos cuisines : comment y remédier ?

Tu en as déjà entendu parler des perturbateurs endocriniens ? Savez-tu que L’enquête Esteban, conduite par Santé publique France (SpF), a révélé des polluants sont présents dans l’organisme de l’ensemble de la population française (2019). Alors que faire pour s'en protéger ou du moins diminuer notre contact avec ces polluants ?


C'est quoi les perturbateurs endocriniens ?


Un perturbateur endocrinien est une substance chimique ou naturelle qui interagit avec le système hormonal. Il y en a plusieurs centaines autour de nous et leurs effets sur la santé sont nombreux. On en retrouve dans tout notre quotidien, et sans le savoir, notre maison en est remplie.


Les perturbateurs endocriniens s’accumulent dans notre tissu graisseux et reste dans notre organisme, mais une partie est facilement évacuée en quelques heures via nos urines. Le problème principale, c'est le contact quotidien et l' "effet cocktail" qui se crée avec un mélange de plusieurs molécules différentes. Malheureusement pour nous, ce n'est pas qu'une question de quantité: même en faible quantité ils ont un impact sur notre système hormonal.


Les perturbateurs endocriniens ont plusieurs effets sur notre système hormonal : ils imitent l'action de certaines hormones, ils empêchent des hormones de se fixer sur les bons récepteurs, ils perturbent la sécrétion ou dégradation des hormones, et perturbent le transport des hormones.


Les femmes et les enfants subissent davantage les effets nocifs des perturbateurs endocriniens que les hommes. Les risques principaux :

  • Trouble de la fertilité: autant chez l'homme que la femme (impact système gynécologique)

  • Malformations: le contact avec des perturbateurs endocriniens pendant la grossesse augmente les risques de malformation.

  • Puberté précoce chez les jeunes filles

  • Pathologie thyroïdienne

  • Trouble du développement neurocognitif chez l'enfant et l'ado : troubles de l'attention, hyperactivité, troubles autistique, maladie de Parkinson et d'Alzheimer.

  • Pathologie auto-immune

  • Cancer : Le BPA (plastique) favorise l'apparition des cancers, les rend plus agressifs et diminue l'efficacité des traitements anticancéreux (source p. 65)

La contamination est multiple: par la peau (ce que l'on touche), par le système digestif (ce que l'on ingère), par la voie pulmonaire (ce qu'on respire) et lors de la grossesse pour le fœtus.



La cuisine : première étape pour diminuer les perturbateurs endocriniens de notre quotidien


Dans cet article, on va s'intéresser aux perturbateurs endocriniens qu'on risque d'ingérer par nos modes de cuisson et de conservation d'aliment.

Un petit tour des ustensiles et pratiques à risques :


  1. Plastique, emballage en plastique, films alimentaires, Tupperware en plastique

Ils contiennent des perturbateurs endocriniens comme des phtalates, différents bisphénols, des alkylphénols, du triclosan, du plomb… Les molécules migrent dans les aliments en fonction de la température, la durée de stockage et la composition chimique de l’aliment en contact. Attention au plastique 3, 4, 6 & 7 qui sont nocifs :



→ Favoriser les Tupperware en inox ou en verre, produits en vrac, plastique 1,2 & 5. Ne pas faire réchauffer au micro-onde un plat en plastique !


2. Casserole et poêle


Les casseroles en aluminium, en céramique et les poêles avec revêtement antiadhésif Teflon. Ils contiennent des perturbateurs endocriniens qui migrent dans l'alimentation avec la chaleur ou lorsque l'ustensile est abimé. Si vous avez une rayure dans une poêle en teflon : changer la immédiatement !C'est des milliers de nanoparticules que vous risquez d'ingérer à chaque repas ! Le principal effet répertorié concernant les PFC est l'atteinte du bon fonctionnement thyroïdien.


→ Favoriser les casseroles et poêles en inox, en acier inoxydable ou en fonte (à base de fer). C'est souvent plus cher à l'achat, mais ce sont des ustensiles qui ne s'abimeront jamais (contrairement au revêtement adhésif, où il faudrait les changer tous les 2 ans).


3. Les ustensiles


Tout ce qui est couvert, fouet, planche à découper, spatule, pince, cuillère, passoire, biberons.. ne doivent pas être en plastique. Comme déjà indiqué, avec la chaleur et le contact avec certains aliments, les molécules de plastique migrent dans la nourriture.


→ Favoriser les ustensiles à base de bois, d'inox, d'acier inoxydable et de verre.


4. L'alimentation


Tous les aliments non bio, dans du plastique (bouteille d'eau, gâteau, pain de mie, etc), et ultra-transformés sont nocifs pour la santé : trop de sucre, édulcorants, conservateurs sont des perturbateurs endocriniens. Attention aux conserves qui sont en aluminium : ils contiennent du bisphénol A qui est un perturbateur endocrinien.


→ Favoriser les fruits et légumes bio, le fait maison, les bouteilles en verre, les bocaux en verre (à la place des conserves) ou des conserves étiquetées : 2 ou HDPE, 4 ou LDPE, et 5 ou PP (polypropylène).

Je ne sais pas par quoi commencer, que faire en premier ?


Cet article n'a pas pour but de vous faire peur mais de vous aider à prendre conscience de votre environnement. Tous ces changements ont un coût et surtout prennent une place mentale importante (Bonjour la charge mentale ! J'espère que des hommes lisent aussi cet article 🙂).


Règle n°1 : faire petit à petit ! Une fois par mois, racheter un Tupperware en verre par exemple. Une fois par an, acheter une poêle ou une casserole.


Règle n°2 : lors de vos courses, visualiser la quantité de plastique, existe-t-il des alternatives en vrac ? Si non, regarder le numéro du plastique (favoriser le 1, 2, 5).


Règle n°3 : pas de plastique au micro-onde ! Une habitude à changer dans son quotidien.


Règle n°4 : favoriser le bio et le local en demandant aux producteurs leur façon de travailler.


Règle n°4 : faire du mieux que vous pouvez ! Avoir conscience de son environnement polluant, changer petit à petit, c'est déjà beaucoup ! Chacun sa priorité en termes de santé, si ce n'est pas l'une de vos priorités, ne culpabilisez pas :)


Si vous souhaitez en savoir plus, je vous conseille ce site qui est très ludique. Vous pouvez parcourir les endroits d'une maison où il risque d'avoir des perturbateurs endocriniens.


Liste des matériaux dangereux : aluminium, plastique 3/4/6/7, conserve, pesticide, antiadhésif, céramique.

Liste des matériaux à privilégier : verre, acier inoxydable, fonte (en fer), inox, bio, plastique 1/2/5.


Etudes et articles :

Comments


bottom of page